AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Rising of Twilight est un RPG librement inspiré des univers Shadowhunters & The Originals.
Rejoignez la famille !
Si jamais vous n'avez pas d'idées... On manque de Fées, d'Humains, de Sorciers et de Vampires ! ~
N'oubliez pas de voter aux tops-sites, cela permet de faire connaître le forum ♥️

Partagez
 

 Jehan, l'Innocence incarnée

Aller en bas 
AuteurMessage

Jehan Takarai
Voir le profil de l'utilisateur
❖ Fraîchement arrivé.e
Je ressemble à : Miyavi Je suis ici depuis le : 02/01/2019 et j'ai posté : 29 messages. Je remercie : Miyavi - Lyanna
⚝ Mes Points RP : 10

Voir le profil de l'utilisateur
Jehan, l'Innocence incarnée Empty
MessageSujet: Jehan, l'Innocence incarnée  Jehan, l'Innocence incarnée EmptyLun 7 Jan - 21:53


Jehan Takarai

Nom ☾ Takarai
Prénom ☾ Jehan
Âge ☾ 22 ans
Lieu de naissance ☾ Jacksonville
Sexe ☾ Masculin
Orientation sexuelle ☾ tant que l'argent ou le troc suit, on s'en fou
Métier/Etudes ☾ Chômage pour l'instant

Race ☾ Humain
Rang ☾ Idiot
Alignement ☾ Chaotique neutre
Allégeance ☾ Lui et le Beau
Clans ☾  Le Beau et lui
Capacités ☾ conneries en série, c'est une capacité ?
Arme ☾ Cutter

Avatar & Crédits ☾ Miyavi & Lyanna

Caractère

Depuis qu'il est enfant, Jehan à développé une certaine tendance et affection pour l'auto-mutilation, que ça soit à l'aide d'un objet coupant tel un couteau, un cutter ou même une paire de ciseaux ou par le feu à l'aide de briquet, d'allumettes ou tout simplement par la gazinière ou toutes surface chaude, voir brûlante. Naturellement, ces petits penchants ne sont pas passés inaperçu alors il a bien vite fini par changer ses méthodes pour rendre les blessures plus crédible avec sa pseudo maladresse. Jehan n'a jamais su si ses parents avaient compris sa supercherie, quoiqu'il en soit ils ne l'ont plus jamais demandé de cesser. Peut-être parce qu'ils étaient l'un et l'autre bien trop occupé pour se préoccuper de sa vilaine habitude. En plus de rechercher les blessures et la souffrance il a une certaine fascination pour elle, on ne peut pas dire qu'il aime souffrir ou qu'au contraire il ne la ressent pas, mais la souffrance lui est salvatrice et à force de se mutiler il est moins sensible qu'autrefois alors associer les deux lui plaît affreusement.

Outre l'auto-mutilation, il verse également dans l'auto-destruction. Malade, il ne va chez les médecins, parce que de toute façon ça finit toujours par passer et qu'il n'a pas à se soigner, mais si c'était seulement ça alors tout irait bien dans le meilleur des mondes, seulement il se complaît également dans la drogue. Qu'importe son nom et son usage, il prend et baste des limites ! S'il doit mourir d'une overdose alors qu'il en soit ainsi, c'est d'ailleurs pour ça qu'il vend son corps sans état d'âme et sans plaisirs mais sans déplaisirs non plus. Pour ça, parce qu'il a besoin d'argent et parce qu'il s'amuse de voir les hommes soit disant si fort et virile se tourner vers l'homosexualité tout en se plaisant à réclamer de Jehan qu'il trouve des fringues encore plus androgyne, voir féminin sans sombrer dans le travestissement. Bien qu'il se soit déjà fait avoir et se retrouve à devoir enfiler une tenue de soubrette dans une chambre d’hôtel, certes, il a préféré faire de l'homme une œuvre plutôt que d'enfiler le costume. Jouer sur le fait qu'il soit androgyne ne lui pose aucun problème, bien au contraire il s'en amuse énormément, et il ne reprend jamais lorsqu'on s'adresse par erreur à lui comme s'il était une fille, mais il se conjugue toujours comme un homme et si on lui demande s'il est homme, femme ou non binaire il confirmera qu'il est un homme.  

Parlons à présent de la notion de bien et de mal, du moins de la notion très fragile qu'il en a. De par son vécu il ne catégorise pas forcément les choses au bon endroit, frapper quelqu'un n'est pas une chose et tuer non plus. Du moins, tuer c'est inutile donc éventuellement mal, mais faire des êtres humains une œuvres d'art n'est pas mal et ce n'est pas tué non plus, même si la personne ne respire plus et ne respirera plus jamais. Il est bien plus Beau de transformer une tête en pot de fleur, de désarticuler un corps fraîchement éteint pour le mettre dans la position voulu et le décorer ensuite, que de bêtement tirer une balle dans la tête de quelqu'un et le laisser traîner sur le trottoirs. Donc si vous voulez que Jehan commette un meurtre pour vous, faites bien attention à parler d'art et à choisir une victime esthétique visuellement ou psychologiquement, parce que oui, on peut lui demander de refroidir quelqu'un et il n'aura pas grand mal à le faire. En fait, quand on connaît le personnage il est assez facile de le manipuler avec sa permission, ce qui n'est plus réellement une manipulation puisqu'il est d'accord, mais sans le manipuler il ne le ferait pas non plus. Bref, il faut le manipuler sans avoir besoin de le faire, simple comme bonjour !

Ah, dernière chose, s'il a souvent une intonation un peu naïve et innocente il est loin d'être naïf dans le sens idiot du terme. Il faisait partie des premiers lorsqu'il étudiait et il n'a pas perdu le goût de l'apprentissage, mais de par son éducation chaotique il a quelques lacunes sur le côté humain et social. Peut-être qu'il restait un peu trop dans son coin lorsqu'il étudiait


Anecdotes

☾ Du groupe sanguin B
☾ Mange ce qui lui passe sous la main, un chat l'a appris a ses dépends
☾ Touche à l'ecsta, la morphine, la cocaïne et un peu tout ce qu'on lui refile
☾ Très bon peintre aux goûts un poil douteux
☾ La mort ne le touche pas, après tout on meurt tous un jour
☾ La mythologie est là pour faire peur aux enfants
☾ Il peut tuer par amour, du moins il peut tuer la personne qu'il aime sous couvert de l'Amour
☾ Admiratif, fasciné par le Beau
☾ Sait jouer du piano et touche un peu au violon
☾ Aime se teindre les cheveux
☾ Il aime bien les animaux et pas toujours dans son assiette
☾ Pense toujours que son père est en colère parce qu'il voulait participer
☾ Il faut impérativement le fuir s'il en vient à vous trouver beau ou vous aimer
☾ N'a toujours pas compris qu'il lui manque une case nommée normalité


Vous derrière l'écran


Pseudo ☾ Bakaçabhle
Fuseau horaire ☾ France
Un peu plus sur toi ☾ Jamaiiiiis
Comment tu as connu RoT ? ☾ Par une Lyanna sauvage qui veut me mettre sur le bûcher !

Personnage inventé/pré-lien/scénario/PV ? ☾ Et si pré-lien/scénario indiquer de qui ♥️
 

(C) RISING OF TWILIGHT
Revenir en haut Aller en bas

Jehan Takarai
Voir le profil de l'utilisateur
❖ Fraîchement arrivé.e
Je ressemble à : Miyavi Je suis ici depuis le : 02/01/2019 et j'ai posté : 29 messages. Je remercie : Miyavi - Lyanna
⚝ Mes Points RP : 10

Voir le profil de l'utilisateur
Jehan, l'Innocence incarnée Empty
MessageSujet: Re: Jehan, l'Innocence incarnée  Jehan, l'Innocence incarnée EmptyLun 7 Jan - 21:56

/!\ L'histoire contient des passages pouvant éventuellement heurter la sensibilité de certaines personnes. /!\


Histoire
Citation


_ Il est surprenant que tu oses contester mes choix de façon aussi direct, c'est bien tu gagnes enfin en assurance et j'en suis heureux, mais tu dois également admettre que si j'ai fais ça c'est de ta faute. Si tu étais un peu plus jolie et plus douée dans la réalisation de mes souhaits alors je n'aurai pas demandé à Juliette de me contenter à ta place, ça ne veut pas dire que je ne t'aime pas, tu comprends ?

_ Je... je ne...

_ parle donc, tu sais que je n'aime pas quand tu bégaie ainsi !


La jeune femme respire profondément et reprend d'une voix plus sûre.

_ Je ne veux pas que tu couches avec quelqu'un d'autre, je pars de la maison si tu restes avec cette fille.

L'homme soupire d'un air contrit, fait quelques pas et caresse tendrement le visage de sa femme.

_ Et où irais-tu, personne ne va vouloir de toi maintenant que tu es mariée et que tu as pris du poids depuis la naissance de mon fils, si tu n'es pas seule c'est uniquement parce que je reste avec toi et que je m'occupe de toi. Enfin, si tu veux être te retrouver dans un monde qui ne voudra même pas de toi pour faire le trottoir alors vas-y pars, mais si tu as retrouvé un minimum de jugeote tu devrais plutôt préparer le repas pour quatre personnes, Juliette va manger avec nous ce soir.


La femme hésite un instant, se jauge rapidement dans le miroir du couloir et comprenant que son mari a raison une fois de plus, elle baisse la tête et va à sa place, dans la cuisine, préparer le repas pour tout le monde. La voyant faire, l'homme la félicite rapidement d'avoir repris ainsi ses esprits, prend la jeune fille par la taille et la reconduit dans la chambre dont il laisse la porte volontairement la porte ouverte pour être sûre que son idiote de femme puisse voir et entendre à quel point Juliette la surpasse en tout point. Sa maîtresse soulève bien une objection en apercevant le petit garçon, mais l'homme appui sur ses épaules pour qu'elle se mette à genoux en assurant que ça ne pose aucun problème, l'enfant deviendra grand et il faut bien qu'il apprenne ce qu'il faut faire et comment le faire. D'autant que ce n'est qu'un gosse de cinq ans et qu'il ne risque pas de comprendre grand chose avant un moment, ainsi rassurée, la jeune fille s'attelle à la tâche pour le plaisirs de son amant et si l'étrange regard insistant de l'enfant la met mal à l'aise elle finit vite par se désintéresser de lui pour se concentrer sur sa tâche.

Songeur, le petit garçon observe cette étrange scène qui se joue devant lui sans comprendre les tenants et les aboutissants. Il a comprit que ces parents n'étaient pas d'accord sur quelque chose, mais ça ne le surprend pas puisque sa mère est toujours lente à comprendre les choses et que sans son père elle vivrait dans la rue comme les personnes qui réclament toujours de l'argent. Il sait aussi que parfois son père doit la taper pour qu'elle comprenne qu'elle a fait des bêtises, que s'il reste avec sa mère c'est pour l'aider à manger et il a saisi que la fille aux cheveux roux qui vient souvent est mieux pour son père que sa mère, mais il ne comprend pas pourquoi la fille ne reste pas aussi et encore moins pourquoi elle lèche et mange le petit oiseau de son père alors que ça sert juste pour aller au toilette. Ne comprenant absolument pas les actes de la rousse mais ne voyant pas comment poser sa question, le petit garçon quitte le couloir pour retourner jouer dans sa chambre jusqu'à ce que l'heure du repas arrive.

Le dîner se déroule dans une atmosphère assez étrange. D'un côté se trouve la mère et l'épouse qui n'accepte pas d'être trompée et encore moins d'avoir la maîtresse à sa table sachant tout ce qu'elle a fait et reçu de son mari. D'un côté il y a le père et l'époux qui caresse allègrement sa maîtresse tout en observant sa femme et en ayant des propos assez explicite quant a ses envies post-repas, ainsi que la maîtresse qui ne porte qu'une légère robe, à peine suffisante pour cacher son corps et limiter les caresses qu'elle reçoit, et qui commente tout ce que son amant lui a fait avant de glisser sa main sur la bosse qui se forme peu à peu dans le pantalon de son amant. Et, pour finir, il y a le fils qui assiste à tout ça entre deux bouchées de rognons blancs. Il ne comprend pas pourquoi sa mère est si mécontente alors que son père accepte de rester avec elle, après tout sans lui elle ne serait rien et elle mérite à peine toute l'attention qu'il lui porte. C'est ce que son père lui dit tous les jours et elle approuve assez souvent ses dires, alors pourquoi être  mécontente ? L'enfant ne comprends pas non plus pourquoi le rousse a disparu sous la table et encore moins pourquoi son père se met à faire de curieux sons, mais cette fois ils sont tous à table alors il doit certainement pouvoir poser la question sans déranger qui que ce soit, il doit même pouvoir poser celle qui lui trottait dans la tête un peu plus. Et effectivement, son père accepte de lui répondre.

_ Juliette est partie sous la table pour faire la même chose que tout à l'heure, pour me faire plaisirs. Elle fait ça pour être gentille avec moi parce que j'ai été gentil avec elle. Parfois ta maman me fait la même chose que Juliette et c'est pour être gentille avec moi parce que je suis gentil avec elle et patient.


Le père ponctue sa phrase de quelques sons plus marqués et Juliette retourne sur sa chaise sous le regard perdu et soumis de la mère et celui dubitatif du petit garçon. Quand il est gentil avec des gens il ne fais pas comme Juliette, personne lui a dis qu'il fallait faire comme elle et puis si on veut être gentil avec les filles on peut pas puisqu'elles ne sont pas pareil. Encore plus perdu qu'avant, le garçon fixe le duo une nouvelle fois avant de retourner à son plat qu'il engloutit rapidement pour aller jouer dans sa chambre avec l'accord de son père.

Quelques heures plus tard, le père entre dans la chambre de son petit garçon en pleine phase de destruction, parce que oui, construire avec les légos et les kapla c'est amusant, mais détruire est mieux encore. L'homme s'assoie sur le lit de son petit garçon et l'observe jouer en hésitant. Il est l'heure de le mettre au lit, mais à côté de ça l'envoyer se coucher maintenant l'ennui, il pourrait peut-être jouer un peu avec lui, lui apprendre deux ou trois choses plus précisément. Oui, bonne idée, c'est ce qu'il va faire. « Fils, pour ta question, je n'ai pas approfondis parce que j'étais occupé avec Juliette, mais on pourrait en parler un peu plus. » Le père marque un court arrêt le temps que son garçon cesse son jeu et s'installe par terre face à lui prêt à l'écouter, « ce qu'on a fait, c'est quelque chose qui se fait uniquement avec un adulte et c'est quelque chose de privé, il ne faut pas en parler aux autres sauf avec accord, tu comprends ? Tu ne peux pas faire la même chose avec un autre enfant, ça ne se fait pas. Par contre, tu peux le faire avec un autre adulte qui te le demande s'il a été gentil avec toi et que tu veux être gentil avec lui à ton tour. Je ne t'en ai pas parlé avant parce que tu étais trop jeune pour ça, mais maintenant tu as l'âge. » Le père de famille déboutonne tranquillement son pantalon en fixant son petit garçon de cinq ans, « je suis toujours gentil avec toi et là encore j'ai été gentil en t'expliquant, c'est à ton tour de l'être, tu n'es pas d'accord ? » Comprenant la logique derrière les mots, l'enfant s'approche doucement de son père pour se placer au même endroit que Juliette et essayer de faire la même chose. Il comprend pourquoi il doit le faire, son père à toujours été gentil alors lui aussi doit être gentil et si c'est comme ça qu'on montre qu'on est gentil alors il faut le faire, mais il n'aime pas vraiment la sensation et il espère vraiment qu'il n'aura pas à le faire trop souvent.

De l'autre côté de la porte, la mère surprend la scène par l’entrebâillement de la porte et se fige effrayée. Être trompée est une chose, être malmenée par son mari est correct puisque après tout il ne veut que son bien même si ce n'est pas toujours évident, mais ce qu'il fait à Jehan est une tout autre chose et il est impensable qu'elle cautionne ça ! Alors elle baisse la tête et retourne dans la cuisine à faire comme si elle n'avait rien vu, si elle n'a rien vu alors elle ignore ce qui se passe et n'a pas besoin de cautionner la chose et elle n'a pas envie de se dresser contre son époux, pas aujourd'hui, peut-être demain ou la semaine d'après s'il n'a toujours pas arrêté.

Les jours passent et une nouvelle routine s'installe dans la maison, Juliette passe tous les weekend chez eux dans la chambre, toujours ouverte, de ses parents faisant parfois dormir la mère sur le canapé ou à côté d'eux. Parfois, le garçon aperçoit seulement son père et Juliette faire d'étranges jeux et parfois il y a également sa mère, mais le garçon s'en fiche, il est habitué à voir et entendre ça maintenant, alors il continu simplement ses jeux, de plus en plus chaotique, tout seul dans sa chambre. Le soir, son père viens toujours le rejoindre pour obtenir un échange de gentillesse et si l'enfant n'est toujours pas très fan, l'habitude a finit par faciliter les choses, même si depuis que son père se répand en gentillesse il a de plus en plus de mal, mais ce n'étais là qu'une première étape.

La seconde étape arrive deux ans plus tard, le jours même des sept ans de Jehan. Après avoir mangé un énorme gâteaux et soufflé toutes les bougies sous le regard satisfait de son père et celui complètement éteint de sa mère, l'enfant se fait guider dans sa chambre par son père pour recevoir une grande surprise et même sa mère est conviée à voir la surprise. Une fois dans la chambre, le père rappel que la surprise est un secret de famille et qu'il ne faut pas en parler sans permission sous peine de terrible représailles et indique une position à son fils tout en demandant à sa femme qu'elle le dévêt pour plus de facilité. Sauf bien, si elle désire s'opposer à lui et à son cadeau. La mère regarde un instant son fils qui s'est positionné sans rien soupçonner et son mari qui attend avec un sourire innocent sur le visage et elle s’exécute à contre-coeur et puis, peut-être que s'il passe ses pulsions ailleurs alors il n'y aura plus de Juliette les week-end et peut-être même qu'il cessera de la frapper de temps en temps, après tout il a enfin donné sa première gifle à Jehan lorsqu'il a ramené une mauvaise note, certes sous le couvert de l'amour et de vouloir le motiver et son fils n'a pas semblé surpris outre mesure d'être ainsi frappé. Peut-être qu'elle ne comprend pas et que les coups de son mari sont réellement ce qu'ils dit qu'ils sont, peut-être a-t-elle fait erreur pendant toutes ses années. Toute à ses réflexion, la mère se pose sur le fauteuil dans un coin pendant que son mari offre son cadeau si spécial à son fils qui supporte silencieusement malgré les quelques larmes qui perlent sur ses joues.

A chaque jour suffit sa peine parait-il, mais pour la mère de famille sa peine est pluriel parce que même si son mari s'est tourné vers leur fils, Juliette est toujours présente et bien que l'homme continue de montrer son amour à son fils et de le motiver à grands coups, elle n'y échappe pas non plus en plus d'avoir cette torture psychologiquement de devoir assister à tout et de s'entendre blâmer pour le laisser agir ainsi avec leur fils. Quelle mère indigne et quelle femme insatisfaisante fait-elle. Les mois et les années passent et rien ne change si ce n'est que son mari semble avoir trouvé envers Jehan un moyen de régler ses dettes de jeux. L'enfant se laisse passer d'homme à homme, puisqu'ils sont tous gentils avec lui il est normal qu'il le soit également et qu'il les laissent offrir leurs cadeaux. Plus le temps passe et plus l'enfant comprend que l'amour passe par la souffrance et la destruction d'autrui et que sa mère est inutile alors que Juliette et son père sont tout simplement parfait. C'est bien simple, il les aiment et les idolâtres, s'il a dû attendre de frôler l'adolescence pour connaître plus de sensations lors d'échanges avec son père il arrive à y trouver une sorte de plaisirs malsain à l'idée de s'offrir à son père et de lui faire plaisirs au point d'aller s'offrir à l'homme de lui-même et parfois se tourner vers Juliette avec la bénédiction de son père.

Malheureusement, rien de ce qu'il faisait ne lui semblait suffisamment parfait pour prouver à son père à quel point il le vénère. Les bonnes notes, être bon élève, obtenir son permis du premier coup, le laisser lui faire ce qu'il veut et plus encore. Rien. Rien n'est à la hauteur malgré les dires de son chère père. Heureusement il finit par trouver et pour une fois l'idée vient de sa mère, à défaut de servir à quelque chose en étant vivante, son suicide est utile au jeune homme. Il lui faut du temps pour préparer son don pour son père et sa nouvelle belle-mère et il lui faut faire énormément de dessins et de croquis pour trouver la Perfection et la Beauté.

Après des jours et des semaines de planifications et de préparations, tout est prêt et il pourra enfin présenter la chose à son père, Juliette étant déjà dans la confidence. Lorsque son père reviens du travail, Jehan s'empresse de le débarrasser de sa sacoche et l'attire dans la chambre parentale. Heureux de initiative et de l'empressement de son fils, l'homme perd très vite son sourire en arrivant devant la porte ouverte de la chambre. Les murs ont été débarrassé des anciennes décorations et sont à présent ornés d'une multitude de peintures particulièrement bien réalisées, proche d'une œuvre d'un peintre professionnel, mais ce qui est représenté est dérangeant. Certaines représentes le suicides maternelle avec une touche de poésie macabre, d'autres mettent en scène une Juliette plus vrai que nature flirtant avec la mort représenté par une faucheuse qui n'est parfois que supposée. D'autres encore, présente son père sur différents lits de morts ornés d'une multitudes de détails rappelant ses femmes et son fils, mais ce qui le met le plus mal à l'aise reste les sculptures et mannequin présentent sur et à côté de son lit. Le mannequin sur le lit présente des ressemblances frappantes avec Juliette qui porte une robe noire au décolleté profond, la tête qui repose sur les oreilles et cachée sous un voile alors que ses mains sont ramener vers son ventre et tienne un bouquet de roses rouges, pourpres et noires. Sur la table de nuit à côté d'elle, se trouve une tête posée sur un lit de pétales. Le visage est pâle ce qui fait ressortir le rouge des lèvres ainsi que le mascara et l'eye liner, quant à ses joues elles sont légèrement rosées. Cependant, le haut du crâne est inexistant, d'ailleurs le crâne est remplie de terre avec un fittonia planté. Un crâne en guise de pot de fleurs, pire, un crâne identique à celui de Juliette et qui contient sa plante préférée. D'ailleurs, la robe, les roses, la plante et le type de maquillage sont toutes les choses que Juliette préfère.

Encore plus mal à l'aise qu'avant, l'homme essaye d'échapper au spectacle qui lui fait face ainsi qu'au regard pétillant et rayonnant de l'étrange fils de son ex femme. Erreur. Alors que ses yeux fuient de côté du lit qu'il occupe généralement il aperçoit un nouveau cauchemar, ou plutôt des éléments qui le conduise dans un cauchemar mental dont il ne sait pas comment échapper. Appuyée contre sa table de nuit se trouve un sac de terreau, une pilea, une bouteille de chambertin grand cru, un jean et une chemise simple. Tout ce qu'il préfère, mais le pire reste la présence d'outils dont il n'est pas sûr d'avoir envie de comprendre l'utilité. Effrayé à l'idée de comprendre, il repose son regard sur le mannequin Juliette. Le voile paraît soudainement bien plat, et puis n'est-ce pas des tâches carmin qu'il aperçoit à certains endroits ? Faut-il être particulièrement consciencieux pour reproduire à l'identique chaque tâche de rousseurs et grains de beauté sur la tête- vase ? L'homme jette un regard à ce garçon qui tiens désormais un fils de pêche dans ses mains gantées et protégées.

_ Viens papa, laisse moi te montrer mon amour pour toi. N'est-ce pas magnifique que de devenir une œuvre éternelle aux côtés de Juliette ? C'est une démonstration parfaite, n'est-ce pas ?

Ni une ni deux, l'homme fuit de la pièce sous le regard médusé du monstre. Il n'y a pourtant aucune raison de fuir, au contraire, c'est pourtant magnifique ce qu'il veut lui offrir. La représentation parfaite de l'Amour et du Beau. Ne comprenant pas et supposant que son père a juste été ému par sa première œuvre et à l'idée d'en faire partie, Jehan remet le fils dans sa poche, ôte ses gants et va patienter sur le canapé en mettant ses écouteurs. Bercé par la mélodie, l'innocent garçon s'endort pour ne se réveiller que bien plus tard, lorsque la porte de la maison se referme. Sourire aux lèvres, le jeune homme se précipite dans le hall pour accueillir son père.

_ Te revoilà enfin, je me suis inquiété tu sais.

_ Tais-toi ! Va dans ta chambre et n'en sors pas tant que la police n'est pas arrivée. Quand elle sera là tu te rendra à elle et tu lui dira tout !

_ Si tu veux, papa. Je leur dirais également tout ce que tu m'a offert et pourquoi j'ai voulu te faire un tel cadeau. Je suis sûr qu'ils comprendront et regretteront de ne pas avoir le même cadeau.

_ Hors de question, je t'ai dis que c'était un secret de famille, tu te souviens ? Tu ne dira rien du tout à ce sujet, tu ne parlera que de Juliette et de ce que tu as voulu me faire, compris ?


_ Non, je ne peux pas. Mon cadeau est privé lui aussi, alors si je dois en parler il faut que je parle également du reste. Tu es fâché parce que tu aurai voulu participer pour Juliette ? C'est vrai que j'aurai mis moins de temps et puis tu aurai peut-être pensé à la maquiller avant de lui retirer sa tête, c'est difficile de...

_ Ta gueule ! Ferme là, monstre ! Tu ne veux pas parler que de ta soit-disant œuvre, très bien, alors tu te débarasse de tout ça et tu dégage de ma maison. Mieux, tu dégage loin d'ici et tu ne reviens jamais !

_ Mais, papa, j'ai fais quelque chose de mal ?


_ FAIS TOUT DISPARAITRE ET TOI AVEC JE TE DIS ! Il respire profondément avant de reprendre, je te donne trois heure pour tout faire disparaître, toi y compris. A mon retour tu n'es plus là et il n'y plus de trace de ton existence ou de ce que tu as fais.

Le jeune homme penche la tête dubitatif, visiblement son père lui en veut d'avoir fait ça sans lui. Résigné, Jehan grimpe dans sa chambre, prendre un sac à dos et y fourre quelques vêtements et objets de première nécessité. Puis, il se rend dans le garage pour y prendre l'un des bidons d'essence qu'il vide un peu partout dans la chambre parentale, vérifie que sa retraite est assurée et allume le tout avant de détaler vite fait. Dans un laps de temps aussi court il ne pouvait agir que de cette façon pour tout faire disparaître et il aurai même pus rester, mais puisque son père lui a dit de partir loin il doit partir loin.

Les premiers jours de son errance sont bercés par l'amusement de camper sous les ponts, le plaisirs des nouvelles rencontres et des découvertes parfois hallucinogènes. Bien vite, Jehan passe de psilocybines à l'ecstasy en passant par la morphine et la cocaïne. A force, l'argent vient à manquer, du moins l'argent lui manquait avant qu'il ne se rende compte que cette histoire de gentillesse n'était que pure connerie et que filer son corps à quelqu'un pouvait rapporter assez facilement, surtout lorsqu'on est androgyne et que l'on comprend vite qu'on a intérêt à accentuer ce détail, voir à sembler plus femmes que homme, pour avoir plus de clientèle et se faire payer plus chère s'ils veulent aller plus loin dans le déguisement ou dans les actes. Parfois, Jehan accepte d'être payé en drogue voir en restaurant luxueux, après tout c'est là qu'il prévoit de mettre son argent : la bouffe et la drogue. De temps à autre, lorsqu'il entrevoit une perfection en puissance, il laisse parler son âme d'artiste et attire ses cibles ça ou là histoire de s'en servir comme modèle ou modeler directement sur le corps. Ses œuvres, il a prit l'habitude de les brûler soit par le feu soit par l'acide, mais il n'en garde aucune trace et part à chaque fois plus loin.

De stop en stop et d'art en art, Jehan se retrouve à la nouvelle Orléans, avec peu d'argent, ses stocks de drogues proche du vide et il crève de faim. Métaphoriquement parlant, il n'est pas décédé, mais il donnerait tout pour se mettre quelque chose sous la dent, n'importe quoi tant que c'est comestible, un chat, un mollet, un chien, un ragondin, mais le mieux reste un truc un peu plus attrayant comme un steak ou une blanquette. Des frites aussi, ça fait longtemps qu'il n'a pas mangé de frites.
(C) RISING OF TWILIGHT
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
❝ Invité ❞
Invité

Jehan, l'Innocence incarnée Empty
MessageSujet: Re: Jehan, l'Innocence incarnée  Jehan, l'Innocence incarnée EmptyLun 7 Jan - 22:30

Du coup bienvenue officiellement a toi petite gourde a vampire Wink

Jehan, l'Innocence incarnée Source
Revenir en haut Aller en bas

Jehan Takarai
Voir le profil de l'utilisateur
❖ Fraîchement arrivé.e
Je ressemble à : Miyavi Je suis ici depuis le : 02/01/2019 et j'ai posté : 29 messages. Je remercie : Miyavi - Lyanna
⚝ Mes Points RP : 10

Voir le profil de l'utilisateur
Jehan, l'Innocence incarnée Empty
MessageSujet: Re: Jehan, l'Innocence incarnée  Jehan, l'Innocence incarnée EmptyLun 7 Jan - 22:36

Merci Elric, ce gif est de toute beauté en plus !
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
❝ Invité ❞
Invité

Jehan, l'Innocence incarnée Empty
MessageSujet: Re: Jehan, l'Innocence incarnée  Jehan, l'Innocence incarnée EmptyLun 7 Jan - 22:53

Au moins maintenant tu sais; je veux bien mordre mais j'avale poooo :p
Revenir en haut Aller en bas

❖ PNJ ❖Maître du jeu
L'Intervenant
Voir le profil de l'utilisateur
❖ PNJ ❖
Maître du jeu
Je ressemble à : un ange déchu Je suis ici depuis le : 12/04/2018 et j'ai posté : 126 messages. Je remercie : Rising of Twilight
⚝ Mes Points RP : 60
Jehan, l'Innocence incarnée Tumblr_ml7swgO9RN1qzv627o1_250

Voir le profil de l'utilisateur
Jehan, l'Innocence incarnée Empty
MessageSujet: Re: Jehan, l'Innocence incarnée  Jehan, l'Innocence incarnée EmptyMar 8 Jan - 11:11

Validation !

Jehan, l'Innocence incarnée GiphyFélicitation petite gourde de sang. Te voilà devenu officiellement une petite collation pour nos chers Enfants de la Nuit.


Bienvenue Jehan Takarai, tu es officiellement validé(e) dans le groupe des HUMAINS et tu peux désormais commencer à RP avec ton personnage  heart2

Mais avant, tu dois faire quelques petites choses histoire de faciliter la gestion du forum.
Tu dois RECENSER TON AVATAR, mais aussi TON MÉTIER parce qu'il faut bosser quand même.

On t'invite à faire TA FICHE DE LIENS ainsi que ton SUIVI DE RP, si tu recherches des RP c'est par ICI. Ah, et comme nous sommes dans un monde de technologie, tu peux te créer un topic dans les RÉSEAUX SOCIAUX.

C'est tout bon ! L'équipe te souhaite un bon jeu et si tu as besoin de quoi que ce soit, nous sommes à ta disposition ! :heart5:

(C) RISING OF TWILIGHT
Revenir en haut Aller en bas

❝ Contenu sponsorisé ❞

Jehan, l'Innocence incarnée Empty
MessageSujet: Re: Jehan, l'Innocence incarnée  Jehan, l'Innocence incarnée Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Jehan, l'Innocence incarnée
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mon blog à figurines
» Hannabelle Jehan :)
» Jehan de Grissol (Japy) - Voie de l'Armée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RISING OF TWILIGHT  :: Gestion des personnages :: Fiches de présentation :: Fiches validées-
Sauter vers: