Event en cours !

EVENT • Un mystérieux bal à été organisé, vous êtes invités à participer à : Once more, under the spell !
Actualités sur le forum

• Le staff lance une enquête/bilan auprès des membres pour 2019, vous êtes invités à répondre au petit questionnaire JUSTE ICI, merci beaucoup ♥
Les recherches

◊ Lyanna recherche des pré-liens
Les scénarios




 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Rising of Twilight est un RPG inspiré de Shadowhunters & The Originals. Rejoignez la famille !
Nous sommes en grand manque de personnages masculins, n'hésitez pas à les privilégier à votre inscription !
Nous manquons d'humains et de Fées Seelies/Unseelies, si jamais cela vous intéresse pour votre personnage !
L'équipe staffienne vous souhaite à tous une bonne année 2019 !

Partagez|
Humain
avatar
Humain

Je suis ici depuis le : 12/12/2018 et j'ai posté : 82 messages. Je remercie : bazzart
⚝ Mes Points RP : 33

Voir le profil de l'utilisateur

Not pride, juste prejudice
message posté le Lun 17 Déc - 16:40


Ok, je crois que là, je vais prendre des notes. Je pense que finalement, le gros connard de psy de la taule qui affirmait que je n’apprenais jamais rien, c’est le moment de le faire mentir. Ouai, par contre je ferais ça APRES avoir semer les gentils monsieurs ou messieurs, je me souviens pu comment qu’on est censé dire, mais je crois que je m’en branle, qui me collent le train.

C’est un peu comme penser à mettre des gants avant de voler des trucs : faut se faire avoir une bonne 10 aines de fois avant de s’en souvenir et d’aller voler, sans gants, des gants. Bref, là je vous la fais courte, comme les bites des mecs qui en ont après moi, j’ai fait les poches de qui il fallait pas. Ca arrive. Un peu trop souvent, mais quand on a pas un rond, on fait pas le difficile. Un mec qui a un portefeuille plein de liquide, ca aurait peut être pu m’inquiéter, sauf que je suis pas du genre à l’être.

J’ai bien senti le flingue dans sa veste quand je retirais délicatement le portefeuille après avoir « trébuché » sur lui. Mais bon, c’était trop tard pour le coup. Surtout que j’ai repéré qu’après, qu’il avait deux copains et aussi leurs tatouages. Des MS-13 !! Ma veine !! Des tueurs d’Outlaws et de tous ce qui est pas MS-13 quand on y réfléchit. Faut jamais voler des tatoués !! c’est la leçon du jour en espérant que ca ne soit pas mon dernier. Quand ils ont capté ce que je venais de faire, j’ai même pas essayé de la jouer «  je viens de le trouver par terre ». Les MS-13 c’est des malades.

Oui, petite pause récapitulative quand même, j’ai un peu pitié de vous, donc faisons un court interlude sur « c’est quoi un gang ». Un gang, c’est plein de gens paumés, souvent un peu cons et violents, qui s’imaginent être meilleurs que les autres en faisant des choses moyennement autorisées par la loi en plus ou moins toutes impunité. Oui, vous vous dits forcement que je suis une erreur de casting avec cette définition. Jusque-là vous me suivez ? Si vous dites non, arrêtez de suite la lecture de mes pensées, ça va vous paumer encore plus. Bref, pour ceux qui sont encore là, la difficulté est que les gangs, comme les sectes, y’en a presque autant que de débiles qui veulent être le chef. Et que, comme les religions, ben ils s’entendent pas des masses entre eux pour ne pas dire plus.

Je vais être honnête avec vous. J’ai fait parti d’un gang parce que j’étais trop jeune et trop con pour comprendre que c’était pire qu’un mariage leur truc. Avant d’avoir bité les petites lignes j’avais un tatouage moche et on m’expliquait les douloureuses modalités de sorties. La vie a fait que j’ai du prendre de la distance avec ces conneries là, mais je me suis bien gardé de faire le moindre recouvrement, ca aurait été me balader avec une cible sur la gueule en disant « faites-moi mal ».

Maintenant, vous comprenez que les interactions entre personnes n’appartenant pas a la même « meute » peuvent être parfois compliquées et si vous ne connaissez pas les MS-13, c’est que vous ne lisez jamais la rubrique faits divers. Certes, moi non plus je ls lis pas, mais ma survie implique que je sais a quoi ressemble leur tatouage et que dans la liste des pas rigolos, ils sont au top.

C’est donc ainsi que je me retrouve à courir en bousculant tout le monde avec trois tatoués pas engageant au fion. J’ai la chance d’être moins pataud qu’eux, ce qui me permet de prendre de l’avance, mais je ne me leurre pas sur le fait que si je ne les sème pas pour de bon, ma vengeance va tourner court avant même de vraiment commencer. Surtout que là, on arrive dans des endroits que je ne connais mais alors pas mais du tout. C’est quoi cette verdure en centre-ville ? Un parc ? Mais pourquoi foutre un parc dans une ville ? On a bien assez de merde de nature ailleurs. Ceux qui veulent voir du gazon ils ont qu’a aller se noyer dans le marais et laisser tranquille les gens civilisés qui ont le droit à leur béton de partout.

Sans plus réfléchir, en admettant que je l’ai déjà fait depuis le début de ma journée, au détour d’un bosquet de grosses plantes, ouai, des arbres, c’est comme ca qu’on appelle ces machins là je crois. Bref, au détour d’arbres, je balance ma veste dans un buisson, cavale encore quelques pas avant de sauter par-dessus une barrière ou c’est écrit « ne pas marcher sur le gazon » et foncer vers une nana assise devant un plan d’eau plein de piafs flottants suspects. D’ailleurs elle est en train de faire quoi ? Elle dessine ? Mais elle a quel âge pour ca ? Ca se fait encore après la maternelle ce genre de truc ?

Bon, tant pis, si je suis tombé sur une neuneu, va falloir faire avec, je m’assois a coté d’elle, pour ne pas dire que je tombe assis a coté d’elle, tout en prenant un air très calme genre ca m’intéresse trop ce que tu fais et ca fait au moins 20 min que je suis là. Mines de rien, je guette en coin les trois ploucs sur le chemin qui semblent percuter qu’il ont perdu de vue le type au cuir qu’ils poursuivaient.

J’espère qu’ils sont suffisamment débiles pour ne pas calculer ma ruse a deux balles. Bah ouai, avec un peu de bol, ils vont jamais penser a chercher le mec en t-shirt assis auprès de ... heu... ben sa copine un peu limitée qui aime faire des dessins.  C’est moi ou elle a l’air pas complètement fini au pipi dans sa façon de me regarder? En fait je la trouve carrément bonne, dommage que ca soit pas trop le moment de tenter ma chance et que les handicapées ça soit pas mon trip.  La faut juste qu’elle me dégage pas en me faisant remarquer le temps que les autres aillent voir ailleurs si j’y suis. N’étant pas de nature timide ou a me démonter facilement, c’est avec un sourire que je lui lance un : « Salut, moi c’est Elric et toi ? » après tout, qui sait, sur un malentendu…
Revenir en haut Aller en bas
☽ FONDATRICE & ADMINE ☾MÉTAMORPHE LOUPAlpha de la Meute Herondale
avatar
☽ FONDATRICE & ADMINE ☾
MÉTAMORPHE LOUP
Alpha de la Meute Herondale

Je suis ici depuis le : 19/03/2018 et j'ai posté : 167 messages. Je remercie : Myself
⚝ Mes Points RP : 14


Voir le profil de l'utilisateur

Not pride, juste prejudice
message posté le Jeu 20 Déc - 11:55


 

Not pride, juste prejudice
Trisha & Elric


Aujourd'hui, le beau temps était au rendez-vous, ce qui rassurait d'un côté Trisha. Parce que faut se l'avouer, bosser un travail sous la pluie... y'a mieux quoi, surtout quand ça doit se faire à l'extérieur. En cette fin de matinée, la jeune étudiante devait se rendre dans le bayou afin de pouvoir compléter son dossier qu'elle devait rendre dans quelques semaines. Autant dire qu'avec tout ce qu'il y a a gérer à la dernière minute avec la meute, Trisha prend les devants pour travailler avant, et surtout, en avance ! Parce qu'il suffit d'une affaire à la dernière minute et son dossier il est fichu et ses professeurs ne vont pas lui manquer de lui faire la remarque. Déjà qu'il lui arrive de devoir s'absenter des cours pour aller rejoindre la meute lors des affaires importantes et urgentes, là si en plus elle doit complètement se foirer, c'est l'horreur. Surtout que c'est une étudiante studieuse, ça la fout un peu mal. Mais c'est la vie d'être une alpha étudiante, se dit Trisha.
La solution aurait été de mettre Lucian le grand frère à la tête de la meute mais c'est une vraie brute celui-là, pas possible de lui attribuer des tâches diplomates, il connaît pas la négociation. C'est pour ça que Trisha avait naturellement prit la place d'Alpha au sein de la meute, puisqu'elle, au moins, sait un minimum utiliser ses mots et savoir convaincre. Ça a du bon d'avoir fait des études visiblement. Nullement le souhait de dénigrer son grand frère, Trisha sait très bien qu'il aurait enchaîné les conneries et que les métamorphes se seraient sûrement retournés contre lui pour le défier et lui prendre sa place. Alors autant mettre quelqu'un qui sache calmer le jeu, à savoir, Trisha. Mais d'un autre côté, elle est toute jeune, n'a pas encore la vingtaine, et pourtant, elle a déjà beaucoup à supporter sur ses frêles épaules. Autant ne pas lui rajouter du stress et de la pression supplémentaires.

S'étant vêtue de vêtements amples, et une simple veste en cuir pour se protéger du petit frais qu'il pourrait y avoir à l'ombre, la louve s'était rendue en ville, plus précisément au Bayou, pour se poser devant un cadre sympathique pour le redessiner. Son travail consistait à reproduire un paysage et en imaginant ce que cela donnerait si c'était un monde surnaturel. Une consigne qui faisait doucement rire l'étudiante puisqu'elle même, faisait partie de ce monde peuplé de créatures obscures. Alors oui, au moins, elle pense savoir que son professeur d'art est un humain naïf qui pense que les vampires ça n'existe pas.

S'attelant au dessins dès qu'elle fut installée, Trisha avait même mit ses écouteurs branchés à son portable pour se plonger dans une ambiance sereine et concentrée. Le dessin prenait forme petit à petit jusqu'à ce qu'un élément perturbateur vienne la déranger en plein travail. Courant à toute vitesse, un jeune homme vient s'asseoir sans aucune gêne à côté d'elle, la bousculant sur le moment et la surprenant par la même occasion. Dans le plus grand des calmes, cet inconnu se présente à elle comme si de rien n'était. Trisha lui lança un regard plus que surprit, autant dire qu'elle était sur le cul, complètement. Euh... Il vient d'où celui-là ? Et qu'est ce qu'il veut ? Il voit pas qu'il gêne un travail plus important ? La louve soupire et prend un air contrarié, il s'est cru où celui-là ?!

« Hé mais ça va pas ?! Mais qu'est ce que tu fous là ? T'as pas l'impression que tu... t'es jeté complètement sur moi présentement ? » La jeune étudiante croise les bras en retirant le dernier écouteur de ses oreilles, l'autre étant tombé lorsque cet Elric s'est jeté sur elle. « J'ai pas l'temps de parler en fait tu vois. Et tu me gênes un peu, beaucoup, dans mon travail. »
(c) ANAPHORE

☽ —————— ☾



'you are my life
"Chaque personne qu’on s’autorise à aimer, est quelqu’un qu’on prend le risque de perdre" ~ Tu sais ce qui a de plus douloureux dans un chagrin d’amour ? C’est d’pas pouvoir se rappeler ce qu’on ressentait avant. Essaie de garder cette sensation. Parce que si tu la laisses s’en aller... Tu la perds à jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Humain
avatar
Humain

Je suis ici depuis le : 12/12/2018 et j'ai posté : 82 messages. Je remercie : bazzart
⚝ Mes Points RP : 33

Voir le profil de l'utilisateur

Not pride, juste prejudice
message posté le Jeu 20 Déc - 13:07


Dans son travail ? Heu ? Testeuse de gazon ? Critique de musique ? Gardienne des gros pigeons blancs qui flottent comme des étrons menaçants sur le lac ? Ouai… ok des cygnes, si vous voulez qu’on se lance dans les noms scientifiques je vais faire un effort. Bref sur le coup je ne bite absolument pas de quoi elle cause avant de me souvenir qu’il y a des chances qu’elle soit une neuneu en balade. Du coup, ben ouai ok, "elle travaille"… comme elle doit repartir dans son centre a dos de licorne faut pas essayer de comprendre. Et puis, sa façon de parler et son coté bandante ont fait que, pendant quelques minutes, j’avais oublié ce « petit » détail. Putain, quel gâchis quand même. Parce que je ma trouve vraiment... bah… heu… belle quoi, malgré son air constipé de me voir a coté d’elle.

Je rejette un œil rapide a 3 nazes, mais dangereux, plus loin. Ils ont toujours en train de chercher. Bon, au moins ils ont pas l’air de regarder vers nous, mais ca serait pas mal que la nana attire pas trop leur attention avec une scène ou je ne sais pas trop ce que font les forest gump en jupon quand elles sont en crise. C’est donc sans ne me dégonfler ni me départir de mon sourire et de cette formidable confiance en moi qui me perdra un jour que je lui réponds :

« J’ai bien essayé de ne pas tomber a tes pieds, mais dès que je t’ai vue, ce n’était plus possible de résister a l’envie de venir te parler. A croire que tu es une ensorceleuse ou un truc du genre. »


Je sais ce que vous êtes en train de vous dire : « s’il savait » sauf que je sais pas. Pour moi les machin velue, magique ou autre, c'est dans Harry Potter. La nana est bien mignonne et, quitte a me sortir de ce mauvais pas, y’a rien de mal a être poli et courtois. Je veux dire, y’a des petits vieux qui sont moins gentleman que moi pour demander un 06 a une fille fragile.

« Si je comprends bien, sans ton travaille a finir, ca voudrait dire que tu ne serais pas fermée a discuter un peu avec moi ? »

Ouai, je sais, je joue avec le feu et j’ai encore oublié que c’est une nana pas finie dans sa tête qui fait du coloriage devant des poussins, pardon, des cygnes. Je fais, aussi, complétement abstraction a deux ou trois mots de sa phrase du genre que je la gêne beaucoup, que voulez vous, j'ai l'oreille sélective. Mais question vue, tout va bien et je vous avoue qu'autant le coté verdure j'aime pas que le reste, malgré les fringues ample, je sais apprécier. D’ailleurs en jetant un œil a son truc, c’est plutôt carrément sympa.

« C’est joli ce que tu fais. »

Ca vaut pas une photo non plus. Mais je reconnais que pour un gribouillis d’une fragile, c’est pas mal. Je m’attendais plus a des bonhommes en bâtons et du coloriage qui dépasse.

« Bon, je sais faire quoi pour que tu finisses plus vite ton travail et que j’ai la chance de discuter avec toi ? »

Loin d’ici, ouai… loin du parc et des guignoles qui sont toujours là. Un petit couple qui part, ca se fondra dans le paysage, plus qu'un zigoto tout seul qui ressemble méchamment au mec qu'ils poursuivaient.

☽ —————— ☾


Revenir en haut Aller en bas
☽ FONDATRICE & ADMINE ☾MÉTAMORPHE LOUPAlpha de la Meute Herondale
avatar
☽ FONDATRICE & ADMINE ☾
MÉTAMORPHE LOUP
Alpha de la Meute Herondale

Je suis ici depuis le : 19/03/2018 et j'ai posté : 167 messages. Je remercie : Myself
⚝ Mes Points RP : 14


Voir le profil de l'utilisateur

Not pride, juste prejudice
message posté le Mer 2 Jan - 11:42


 

Not pride, juste prejudice
Trisha & Elric


La louve regardait le jeune homme qui venait carrément de débarquer comme si de rien n'était tellement surprise qu'il devait se dire qu'elle était totalement stone. Son air un peu trop confiant est presque déstabilisant dans le sens où il fait presque flipper Trisha qui ne sait pas vraiment comment répondre ni comment se comporter. Une chose est sûre, elle a envie de le gifler! Mais la jeune fille n'est pas là pour ça, de base, elle n'est pas violente, d'autant que sa force pourrait bien la griller si jamais il se rend compte qu'elle n'est pas totalement humaine... a priori si, son apparence physique est belle et bien humaine mais lorsqu'elle prend forme animale là c'est différent. Avec la meute, ils ne se transforment jamais en public, d'autant que cet Elric sent l'humain à plein nez, alors il ne faudrait pas éveiller les soupçons et le mettre en danger.

« Épargnes-moi les blablas de dragueur... » dit-elle en roulant des sourcils. S'il était venu pour la draguer, il était tombé sur la mauvaise pioche avec Trisha. Elle qui n'aime pas vraiment se faire aborder de la sorte, elle savait qu'il n'était pas sincère en plus, juste une excuse en carton pour s'approcher d'elle.

Et il continuait en plus celui-là ! La nouvelle réplique de l'humain fait grogner légèrement la louve en elle, qui s'arrête immédiatement de dessiner, posant son crayon et son papier de dessin avant de tourner la tête vers Elric, l'air contrarié.

« Je suis plutôt sociable d'habitude, mais lorsqu'on me force la main pour... je ne sais quoi faire, je ne sais pas ce que tu me veux... je suis moins sociable. T'es peut-être gentil mais j'imagine que ça s'arrête là. »

Trisha avait l'impression de voir un jeune de son école qui continue inlassablement de la draguer tout le temps, ça devient lourd à force. C'est pour ça qu'elle est quelque peu... désespérée à l'idée d'entendre des compliments qui sonnaient faux et qui sont très connus des volages. Elle l'avait repéré évidemment. Il n'était pas très doué pour approcher les filles comme Trisha qui sont sur la défensive. Peut-être qu'il faudrait qu'elle se lâche un peu au lieu d'être tendue comme un string mais c'est plus fort qu'elle.

Le petit compliment sorti de la bouche d'Elric surprend un peu l'étudiante qui fronce les sourcils en étant quelque peu surprise.

« Hmmm, merci. Au moins, on reconnaît le cadre du bayou. » dit-elle avant de reprendre son crayon et son papier pour poursuivre son dessin bien qu'elle était légèrement déstabilisée par la présence de ce garçon juste à côté d'elle qui lui voulait certainement quelque chose... Impossible pour elle de se concentrer convenablement. Mais là il fallait vraiment qu'elle termine son travail... sinon elle allait se faire plumer par ses professeurs à l'école.

« Je dois vraiment finir ce travail, je dois le rendre dans peu de temps et si j'ai le malheur d'avoir du retard, je vais passer un sale quart d'heure... »

Et maintenant voilà qu'elle se justifiait auprès d'un inconnu, bon sang, Trisha... apprend à t'affirmer un peu... Auprès de la meute elle se sentait en confiance et pouvait être autoritaire mais la vie quotidienne, elle n'avait aucun poids de parole et aucune assurance... elle serait presque prête à se faire plumer par les profs et partir parler avec l'humain afin qu'il lui lâche les bottes...
(c) ANAPHORE

☽ —————— ☾



'you are my life
"Chaque personne qu’on s’autorise à aimer, est quelqu’un qu’on prend le risque de perdre" ~ Tu sais ce qui a de plus douloureux dans un chagrin d’amour ? C’est d’pas pouvoir se rappeler ce qu’on ressentait avant. Essaie de garder cette sensation. Parce que si tu la laisses s’en aller... Tu la perds à jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Humain
avatar
Humain

Je suis ici depuis le : 12/12/2018 et j'ai posté : 82 messages. Je remercie : bazzart
⚝ Mes Points RP : 33

Voir le profil de l'utilisateur

Not pride, juste prejudice
message posté le Sam 5 Jan - 0:27


Ouai, je sais, je serais un mec subtil, et surtout sans tueurs au cul, je capterais p’être la levée de bouclier de la nenette en face de moi. Mais, de une, je suis pas vraiment hyper intuitif, au cas où vous l’auriez pas déjà capté. Les langages de gonzesses adeptes du second degré et de la demie mesures, j’y bite jamais rien, alors qu’un va te faire foutre connard en essayant de me foutre une baigne, au moins, c’est claire. Forcement, la brunette a coté de moi, ouai, ce qu’elle raconte, ça sonne pas bon, sauf qu’elle m’a pas encore vraiment giclé et qu’elle est trop mignonne pour que j’arrive vraiment a me concentrer sur tous les mots qui sortent de sa bouche du coup pour moi c’est plus un « je me fais désirer ».

Bon c’est vrai que la menace des trois psychopathes en puissance qui continuent de vouloir faire de ma bien envie de faire de ma tronche leur cendrier pour un pauvre portefeuille, certes, bien épais, comme leur connerie quoi, joue au fait que je compte bien faire la ventouse ou je suis. Avec la dessinatrice canon assise a coté de moi, je l’ai avais presque oublié ces cons là. D’un coup d’œil je les vois toujours a roder a et a fouiner. Je savais les MS-13 ultra violent, mais pas aussi con a pas savoir quand lâcher l’affaire. Je veux dire, c’est pas pour quelque pauvre billets qu’il faut être aussi collant avec les gens.

Et non, aucun rapport avec la brunette a coté de moi !! La c’est pas pour des billets, ni que pour une question de survie, ou de tour de poitrine, elle m’intrigue vraiment avec son histoire de gribouillage.

« On fait plus que reconnaitre le Bayou, manque plus que les naseaux d’un gator. Heu.. Comment ca tu as un délais pour faire ton dessin ? Tu veux dire que c’est comme ça que tu gagnes ta vie ? »

Putain, si j’avais su, j’aurais pas utiliser les pastels de la maternel pour essayer de les foutre dans le nez des têtes d’ampoules avant de me faire dégager.

C’est une vraie question sincère parce que là, elle est en train de me parler d’une chose dont je ne soupçonne même pas l’existence. C’est donc avec ce même air enfantin qui ne me quitte jamais que je continue avec un :

« Bon, coup de bol pour toi qui ne m’a toujours pas donné ton prénom, je suis du genre patient. J’espère que ça me vaudra au moins le droit a un sourire voir a ce que tu acceptes un café pour m’expliquer ton métier. »

Tout en parlant j’ouvre discrètement le portefeuille qui m’aura permis de faire cette étrange rencontre et mon sourire se meurt dans la foulée. Je palis en refermant aussi vite que je l’ai ouvert ma deuxième grosse erreur de la journée, la première étant de me faire prendre, bien évidemment, mais certainement pas de voler ces types. Ce n’est pas un portefeuille pour la thune que je leur ai tiré mais un truc pour lequel ils vont pas me lâcher : des faux papiers. Et allez savoir pour qui ou pourquoi. Étrangement, dans ma tête, y’a la liste des merdes possibles qui défile façon banderole de bas d’écran de chaine infos. Ma conditionnelles qui sautera plus vite que le pucelage d’une fille facile si on me choppe avec cette connerie, ma gueule aussi si c’est ces mecs qui le font avant la police et aussi l’impossibilité qu’ils ont de rentrer bredouille… putain de merde.

Je reste a regarder le lac en silence en mesurant que non seulement je suis dans la merde, mais je viens, potentiellement, de foutre madame graffiti dedans avec moi. Elle et peut être d’autres personnes. Y’a des gamins qui jouent dans ce parc, des gens qui se promènent et qui ne se doutent pas qu’il y a trois fous a crans qui risquent de péter plus vite qu’une grenade. Je n’ai pas besoin d’avoir des jumelles pour deviner que l’un d’entre eux a déjà sa main sur une arme. Bordel !!! Finis à la pisse comme ils le sont ils sont capables de faire un truc aussi débile que désespéré.

Une partie de moi me dit que c’est un risque à prendre, que ca peut très bien, aussi, se finir façon film américains, ceux avec ces happy ends WTF plus qu’improbables. Mais voila, le je sais plus quoi a ses raisons que le je sais plus qui ne sait pas comprendre, ou un truc du genre. Je n’ai aucune idée de ce que ca veut dire mais j’imaginais que cela pourrait etre pas mal de caser une phrase d’intello ni vue ni vu ni connu. En vrai, je suis un con qui en tient une putain de couche. Entre un débrouillage certain et un ou j’ai une chance de gagner mais si je perds je ne suis pas le seul a régler l’addition, devinez ce que je choisi ?

J’essaye de re-sourire a ma voisine en me redressant légèrement.

« Finalement, j’ai peur qu’il y ait un changement de programme. Mais notes bien que si je survies, je tiens a notre rencard. »

Oui je ne perds pas le nord. Mais ma bonne humeur laisse place au sérieux.

« Maintenant, tant pis pour ton dessin pour le moment, il faut que tu te barres d’ici, et tu vois les gosses là-bas ? Obliges les a s’éloigner aussi. T'as le droit de me prendre pour un taré, mais s'il te plait casse toi. Je m'en voudrais que tu te fasse blesser pour une putain de connerie. »

☽ —————— ☾


Revenir en haut Aller en bas
PNJ - Maître du jeu
avatar
PNJ - Maître du jeu

Je suis ici depuis le : 12/04/2018 et j'ai posté : 84 messages. Je remercie : Rising of Twilight
⚝ Mes Points RP : 30


Voir le profil de l'utilisateur

Not pride, juste prejudice
message posté le Sam 12 Jan - 13:12




Bien que l’avertissement d'Elric fût prononcé avec une certaine bienveillance, évoqué les ennuies à haute voix avait une nette tendance à favoriser leurs apparitions. Cette journée hélas ne dérogeait pas à la règle !

- C'est lui là-bas ! Choppons-le, les mecs.

Ces mots avaient été prononcé avec force, le ton chargé de colère par le jeune homme à bonnet en tête du groupe. Ils étaient six en tout à une distance d'environ cinquante mètres du duo que formaient Elric et Trisha. L'expression de leurs visages exprimait clairement, la résolution commune qui les motivait tous. S'ils réussissaient à mettre la main sur le pickpocket, point de doute qu'il passerait un bien mauvais quart d'heure. À peine l'ordre du meneur prononcé que tous se dirigèrent en courant en direction de l'objet de leurs ressentiments.


(C) RISING OF TWILIGHT
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



Not pride, juste prejudice
message posté le


Revenir en haut Aller en bas
Not pride, juste prejudice
Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» pride and prejudice (ft. heraam)
» Gérard Jean-Juste janbe kafou a
» ♦ Juste une envie d'oublier ... [ Libre ]
» Essai: juste une petite salutation!
» Who is Viter Juste?'' Istwa yon Ayisyen Diaspora.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RISING OF TWILIGHT  :: La Nouvelle-Orléans :: Mid-City :: Bayou Saint John-
Sauter vers: